Témoignages

Avec le formulaire de l’ENT Savoirs Numériques 5962, CPE, enseignants et élèves ont trouvé leur outil d’accompagnement pédagogique

Par Alexis Ollier, publié le mercredi 6 avril 2016 09:15 - Mis à jour le jeudi 30 juin 2016 16:54

Article de Ludovia Magazine Mars 2016

L’ENT a débarqué au collège Théodore Monod de Lesquin depuis la rentrée de septembre 2015. Dès son arrivée, des enseignants se sont appropriés les différentes fonctionnalités et y ont trouvé, chacun dans un domaine différent, des avantages certains. Aux premiers abords, c’est bien la pertinence de ce nouvel outil qui leur a sauté aux yeux et notamment pour mieux accompagner les élèves et leur famille de plusieurs manières.

Ludovic Poppe, professeur de SVT et référent pour l’ENT dans l’établissement sur les aspects pédagogiques, s’est plongé dès le début dans ce nouvel outil et a eu l’idée d’y investir ses élèves de 3e « DP3 », option Découverte du monde Professionnel.

Avec l’ENT, on va intégrer plus facilement les nouveaux élèves de 6e.

« Nous sommes partis de la problématique d’intégration des élèves de 6e (…) et on a pensé que l’outil ENT était peut-être le plus adapté pour mettre en relations des élèves de 3e et ces nouveaux 6e », décrit Ludovic Poppe. Et il ajoute « Dans la découverte professionnelle, c’est aussi pour les élèves, un moyen d’apprendre à aller vers les autres, d’apprendre à communiquer ».

Encouragé par des élèves plutôt « moteur » dans sa classe de DP3, Ludovic Poppe a donc lancé la communication sous forme d’un sondage adressé aux élèves de 6e via l’ENT.

Le travail sur la construction du questionnaire s’est effectué par groupes ; les élèves ont d’abord couché sur le papier toutes leurs idées puis les questions à conserver ont été sélectionnées en classe ; enfin, le questionnaire a été mis en forme sur l’ENT par Ludovic Poppe via l’outil formulaire.

« Nous avons retenu une dizaine de questions et avons préféré un questionnaire en mode anonymisé (…) ; ce qui laisse la liberté aux élèves de 6e , de répondre sans à priori car on ne sait pas qui a répondu quoi, ce qui nous permet, nous enseignants, d’avoir des réponses plus fiables et plus de ressenti de la part des élèves », souligne Ludovic Poppe.

Certains élèves de 6e ont répondu à la maison ; d’autres l’ont fait sur leur temps libre au collège ou encore, sur une activité classe comme c’est le cas pour la 6e option numérique où le professeur principal a organisé une séance de cours dédiée à compléter le questionnaire.

Sur le premier trimestre, les élèves de 3e ont comptabilisé 80 % de réponses au questionnaire.

Ce bon taux de réponses pourrait ainsi être attribué à la mise en place du caractère anonyme, inhibant toute forme de timidité.

Mise en lumière des élèves en difficultés scolaires dès la 6e grâce au questionnaire distribué via l’ENT.

Les résultats ont permis d’identifier certains élèves, qui ont avoué eux-mêmes se sentir en difficultés dès le premier trimestre ou d’autres dont le nom a été dévoilé via le questionnaire par leurs camarades, « plus pour leur apporter leur aide et non pour les stigmatiser », souligne Ludovic Poppe.

A la suite de ces mises en lumière, des actions immédiates ont été mises en place comme l’aide aux devoirs pour ces élèves comme l’explique Benjamin, élève en 3e DP3 : « à côté du collège, il y a des aides aux devoirs donc nous avons pu inviter certains élèves de 6e à y aller pour se faire aider ».

Apprentissage de l’ENT de manière pratique pour les uns, travaux pédagogiques pour les autres.

Au-delà de l’aspect d’intégration des nouveaux élèves du collège, cette méthode a permis également de « former » les élèves de 6e à l’ENT et de faire travailler les élèves de 3e à la synthèse et à la restitution des réponses à destination des professeurs principaux des classes de 6e.

Avec ce questionnaire, tous les élèves de 6e sont concernés par la manipulation de l’outil ENT, ce qui leur permet un apprentissage par la pratique.

Repérer les élèves qui peuvent, dès la 6e, être en situation d’échec scolaire : là était aussi l’enjeu de la mise en place du projet questionnaire de Ludovic Poppe.

Pour Virginie Delbaere, responsable du projet classes numériques dans le collège, l’ENT est aussi arrivé à point nommé.

A la rentrée de septembre, sa classe de 6e numérique comptait 20 garçons sur 28 élèves. Avec sa collègue CPE, Fatima Berkani et sa collègue d’EPS, Mme Navez, elles ont tout de suite senti des situations conflictuelles à l’intérieur de la classe.

Communiquer pour désamorcer des conflits : avec l’ENT, la communication est facilitée et plus ouverte.

« Certains élèves avaient des contentieux qui dataient de l’école primaire et il y avait également des contentieux entre certaines familles », explique Virginie Delbaere.

Elles ont donc décidé de désamorcer les conflits en travaillant sur une charte du « vivre ensemble ».

« A partir du moment où la notion de vivre ensemble était partiellement intégrée, nous avons diffusé un questionnaire sur l’ENT avec deux questions seulement mais avec des mots soigneusement choisis car nous voulions encourager des réponses ouvertes », poursuit Virginie Delbaere.

A la différence de l’expérience de Ludovic Poppe, ce questionnaire n’était pas du tout anonyme et « les élèves savaient qu’on récupérerait les réponses et qu’on aurait leur identité ».
D’après Fatima Berkani, le caractère non anonyme n’a pas été un souci et « pour un élève en particulier, il est ressorti qu’il y avait une souffrance et un mal-être et ça je pense qu’il avait envie qu’on le sache ».

Les premiers élèves à répondre ont été ceux qui posaient le plus de difficultés et le contenu des réponses s’est avéré très inquiétant « avec des propos comme “je ressens de la haine“, “j’ai envie de me venger“ » etc.

Après avoir analysé les réponses et convoqué parents et élèves concernés, les enseignantes et éducatrices ont mis en place des dispositifs et « depuis, ça va beaucoup mieux ».

L’utilisation de l’ENT pour cette démarche a été considérablement appréciée par les enseignantes du fait du gain de temps mais aussi par le fait que de passer par l’ENT « facilite la prise de parole des élèves ; ils parlent en totale liberté et il n’y a pas le jugement de l’adulte ni le jugement de la classe », souligne Virginie Delbaere.

Les élèves ont vraiment joué le jeu et ont répondu de manière très libre, ajoute Fatima Berkani.

Globalement, Virginie Delbaere note que cette forme de distance posée par le numérique entre l’enseignant et l’élève va désinhiber certains élèves plutôt discrets en classe. Sur l’ENT, « ils s’expriment beaucoup plus facilement sur ce qu’ils pensent » ; une idée qui rejoint l’expérience de Ludovic Poppe dans laquelle les élèves de 6e semblaient aussi plus à même de s’exprimer sur l’ENT.

Du point de vue de cette enseignante, avec l’ENT, tout est plus limpide et il n’y a pas de malentendus possibles car un simple conflit peut être géré rapidement via l’ENT par des échanges avec les parents. Elle est convaincue que l’ENT est un outil qui permet de maintenir un lien entre les enseignants, les élèves et les familles.

L’ENT, un excellent outil de communication au quotidien pour les familles, tout simplement.

Christine Leclerc, maman de quatre enfants et maman d’une élève de 3e, constate l’évolution extrêmement favorable apportée par l’ENT.

« En tant que parents, c’est surtout très intéressant pour consulter la vie du collège car le contenu est très riche ».

Pour cette maman, pouvoir consulter des photos du voyage scolaire en direct, cela n’a pas de prix.

Ce n’est pas du tout un moyen de « fliquer » sa fille mais elle peut vérifier les notes ou le travail à faire ou encore tout simplement communiquer avec l’administration de manière fluide et rapide.

Des arguments dont le Conseil Départemental du Nord a bien conscience puisqu’il investit chaque année pour fournir un bon outil ENT à ses collégiens, comme le précise Mme Joëlle Cottenye, 2e Vice-Présidente en charge de l’éducation et des collèges : « nous tendons davantage à ouvrir les établissements vers les familles et c’est un moyen tout à fait adapté pour faire en sorte que les informations soient transmises le plus rapidement possible vers les familles ».

En termes d’amélioration, car il y en a toujours à apporter, Christine Leclerc serait très intéressée par le nouveau projet envisagé : payer en ligne sur l’ENT, pour la cantine scolaire, par exemple, « et qu’il n’y ait plus de chèques qui se promènent dans les sacs et qui soient perdus », souligne t-elle.

En moins de six mois, l’ENT Savoirs Numériques 5962 a su se faire une belle place au collège de Lesquin ; au vu des usages déjà en place, l’investissement est une réussite !

Pièces jointes
Aucune pièce jointe